Naissance


Repères historiques

En 1838 nous sommes dans cette période que nous nommons Monarchie de Juillet et qui va de la révolution de 1830 à celle de 1848. En 1830, suite aux Trois Glorieuses Charles X s'était exilé et Louis Philippe 1er était devenu, non pas Roi de France mais Roi des français. A la même époque un certain Louis Napoléon Bonaparte, appelé à un certain avenir, depuis son exil en Suisse ou en Angleterre, complotait contre cette Monarchie de Juillet.

Merros Creis

Marie-Anne nait à Merros, un village du sud de la commune de Plozévet, le 17 janvier 1838. Ce village d'une taille non négligeable abritait, lors du recensement de 1841, 88 habitants pour 14 familles et autant de maisons. Ce hameau est divisé en Merros Huella et Merros Izella ; Merros Creis correspond en fait à la partie la plus au nord de Merros Izella.

L'an mil huit cent trente huit, le dix sept janvier à deux heures de
l'après-midi, devant nous Rolland le Bail, maire et officier de l'état-civil de la commune de Plozévet, canton de Plogastel-St Germain département du Finistère, a comparu Sébastien Gentric cultivateur âgé de trente six ans demeurant à Merros Creis, qui nous a présenté un enfant de sexe féminin, né au dit lieu de Merros Creis cette nuit à minuit de lui déclarant et de Marie Julien sa femme, auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de Marie-Anne, la ditte déclaration et présentation faite en présence d'Yves Cabillic cultivateur de trente cinq ans et de Pierre Kerlorch bedeau âgé de soixante deux ans, tous deux domiciliés en cette commune, le père et la mère ne signant, dont acte après lecture

Rolland : le Bail maire

La maison familiale de Marie-Anne à Merros Izella est une maison d'un certain standing du moins pour Plozévet. Elle devait s'inscrire dans un corps de ferme de 6 bâtiments. Selon le cadastre de 1828 la maison d'habitation était de catégorie 6 sur une échelle qui allait de 1 à 9 pour les plus modestes. La catégorie 1 correspondait à la maison Kérisit au bourg et la 9 à celles tout-en-un : une seule pièce à vivre. Pour se faire une idée de ce que signifie cette catégorie 6 il suffit de savoir que dans la section C du cadastre il y avait à Plozévet en 1828:

  • 1 maison de catégorie 5 (*)
  • 8 maisons de catégorie 6
  • 19 maisons de catégorie 7
  • 23 maisons de catégorie 8
  • 19 maisons de catégorie 9

* La plus belle maison de cette section C était celle de Charles le Guellec, domanier de Lécluse, située à Merros Huella (n° 1246)

Les parents étaient domaniers sur une tenue qui devait compter 6 à 7 ha dont un peu plus de 4 ha de bonnes terres labourables comme on peut le voir ci-dessous :

Merros Creis : en marron les terres cultivables, en vert les prairies, paturages, courtils, en jaune les landes, en rouge le corps de ferme.

Au moment où Marie-Anne naît la mortalité infantile est très élévée et le restera encore longtemps, pratiquement jusqu'à la fin du siècle. Il était donc ordinaire pour une famille de perdre des enfants au gré des épidémies ou des accidents.
La famille de Marie-Anne ne sera pas épargnée par le sort. Déjà peu avant sa naissance, ses parents avaient perdu un enfant, Pierre, âgé de 1 an. Marie-Anne nait en janvier 1838 et devient l'aînée de la famille.
Bientôt, en 1840 naîtra Jeanne-Marie qui devait décéder 5 ans après son mariage avec Pierre le Quéré qui eut lieu en 1859.
Les 2 enfants suivant, Sébastien et Marie-Jeanne, eux, seront fauchés dans leur prime enfance, ils ne passeront pas un trimestre. Quant à Marie elle sera emportée en 1854 à l'âge de 9 ans entrainant avec elle quelques semaines plus tard, Marie-Marguerite âgée de 4 ans. On peut imaginer qu'elles partageaient la même paillasse. Les épidémies faisaient à l'époque des ravages, la variole, la rougeole, la fièvre thyphoïde par exemple.
Resteront sa sœur Catherine et son frère Sébastien, qui eux vivront jusqu'à l'âge de 62 ans. On verra que sa sœur Catherine subira de cruelles épreuves qui plongeront sa famille dans le deuil à plusieurs reprises.

carte cadastre 1828 Vue de la côte depuis Merros
Carte de 1828, on peut compter les maisons de chaque hameau. J'ai rajouté Keriniel (ici Kignel) qui n'existait pas en 1828; Marie-Anne quittera, à son mariage, Merros Creis (flèche bleue) pour le Bren puis Keriniel. A droite, vue plein ouest de Merros Creis depuis Merros huella, la baie d'Audierne au fond.

Les parents de Marie-Anne : Sébastien Guillaume Gentric et Marie Julien

Sébastien Guillaume Gentric

Sébastien Guillaume Gentric, son père, est né le 26 juillet 1802 à Trohinel (7 thermidor an X). Il s'était marié une première fois en novembre 1827 avec une veuve, Catherine Le Guellec.

Cette dernière était une petite-fille de Charles le Guellec un ancien maire de Plozévet(1800-1821), elle avait épousé Guénolé Strullu en 1824 mais était devenue veuve très rapidement, en janvier 1827. Elle avait donné naissance en mai à un orphelin qui portait, comme c'est souvent le cas, le même prénom que son père, Guénolé. Peu de temps après la perte de son mari, Catherine s'était remarié avec Sébastien Guillaume.

C'est le 26 novembre 1827 qu'eut lieu le mariage; il a été noté que ni les contractants ni leurs parents respectifs ne savaient signer.

 De ce premier mariage étaient nés Catherine(1) vers 1829 puis Jean en mai 1832(il décèdera en 1835) et Anne le 2 mai 1834(2). Peu après la naissance d’Anne, mi-mai 1834, Catherine, la mère, décéda et Sébastien Guillaume se retrouva veuf. Sébastien Guillaume avait alors 32 ans.


(1) elle épousera Pierre le Bourdon en 1849, mettra au monde 5 enfants et décèdera en 1865.
(2) Anne apparaît sur le recencement de 1836 puis disparaît ...de la famille. Je n'ai pas retrouvé sa date de décès.

Marie Julien

Sébastien Guillaume ne resta pas veuf très longtemps car il se remaria quelques mois plus tard, la même année 1834, avec Marie Julien, mariage qui verra la naissance, entre autres, de Marie-Anne notre future centenaire.

Marie Julien, née le 10 janvier 1811, avait alors 23 ans, elle était la fille de Pierre Julien et de Catherine Gentric (née elle en 1776 à Bremphuez). Elle était par conséquent la sœur de Pierre Julien qui sera le maire de Plozévet de 1848 à 1865.

 

 ascendants de Marie-Anne
Ascendants de Marie Anne

Sébastien Guillaume était cultivateur et domanier à Merros Creis, c’est-à-dire qu’il louait à un propriétaire le fond mais possédait les édifices et les superfices. Il était sous le régime du domaine congéable qui était très courant en Cornouaille.[ voir :Domaine congéable ]. Ils employaient trois domestiques (ouvriers ou ouvrières agricoles embauchés à l'année).


Une famille recomposée

C'est donc, comme on l'a vu, dans une famille recomposée qu'elle naît. On parle de nos jours d’une situation nouvelle avec ce type de familles mais il n’en est rien, longtemps, du fait d’une forte mortalité, cette situation a été très ordinaire. Il était vital pour une veuve de se remarier rapidement surtout si elle n'avait pas de fortune. Marie-Anne vient au monde le 17 janvier 1838 dans une famille de ce type. Lors du recensement de 1836, juste avant sa naissance, la famille comprend, outre ses parents :

  • Guénolé Strullu qui est le fils qu'avait eu, d'un premier mariage, la première épouse de son père, Catherine le Guellec
  • Catherine Gentric une fille que son père avait eu de son mariage avec Catherine le Guellec
  • Anne Gentric une fille que son père avait eu de son mariage avec Catherine le Guellec
  • 3 domestiques (ouvriers agricoles)
  • Jean quant à lui venait de décéder en 1835.

On peut voir l'enchainement des mariages ci-dessous :

   Guénolé Strullu
               x1824   >>>>  Guénolé Strullu
   Catherine le Guellec
                   x 1827     >>>> Catherine, Anne, Jean
   Sébastien G. Gentric
                    x 1834      >>>>  Pierre, Marie-Anne,
   Marie Julien                       Jeanne-Marie, Sébastien,                
                                      Marie-Jeanne, Marie,
                                      Catherine, Marie-Marguerite,
                                      Sébastien

        

Pour ce qui est des prénoms des filles les parents, en général, ne font guère preuve d'imagination car on retrouve très souvent : Anne, Marie, Jeanne, Catherine, Marguerite et leurs combinaisons.

Ci-dessous la liste des enfants du couple Gentric-Julien, parents de marie-Anne :

Seuls 4 enfants du couple atteindront l'âge adulte

Lors du recensement de 1841, la famille est toujours à Merros Creis, Catherine a quitté la famille, peut-être placée ailleurs, Anne n'est plus là, Guénolé a pris le nom de Gentric. Marie Julien a donné naissance à Marie-Anne et  Jeanne Marie (ici nommée Marie) et à Pierre qui est né (°1836) et décédé (†1837) entre les deux recensements.

recensement 1841 Merros-famille Gentric-Julien
Recensement 1841 à Merros

L'hiver de ce début 1854 fut terrible pour la famille Gentric. D'abord ce fut Marie âgée de 9 ans qui partit la première le 21 janvier. Marie-Marguerite suivit sa soeur dans la tombe quelques jours plus tard, le 10 février. La promiscuité régnant dans la maison familiale favorisait les contaminations et il n'était pas rare qu'un enfant dormant avec un autre le contamine. La mère de Marie-Anne, Marie Julien, ne fut guère épargnée puisqu'elle même disparut en 1856, elle avait 45 ans. On ne peut pas dire qu’il y ait eu une prédisposition à vivre centenaire dans la famille. Si passer la petite enfance était une étape importante à franchir pour survivre, rien n'était encore gagné. Les épidémies, la tuberculose, les infections diverses, les accidents, l'hygiène inexistante étaient des fléaux redoutables à cette époque.

Note : on pourra constater que, juste à côté de Merros, à Queldrec, naîtra en 1851 une Anne-Marie Gentric qui vivra jusqu’en 1953 décédant à un peu plus de 101 ans.

 Plus d'infos

Revenir en haut de page

 

Page suivante

 

L'an mil huit cent trente huit, le dix sept janvier à deux heures de
l'après-midi, devant nous Rolland le Bail, maire et officier de l'état-civil de la commune de Plozévet, canton de Plogastel-St Germain département du Finistère, a comparu Sébastien Gentric cultivateur âgé de trente six ans demeurant à Merros Creis, qui nous a présenté un enfant de sexe féminin, né au dit lieu de Merros Creis cette nuit à minuit de lui déclarant et de Marie Julien sa femme, auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de Marie-Anne, la ditte déclaration et présentation faite en présence d'Yves Cabillic cultivateur de trente cinq ans et de Pierre Kerlorch bedeau âgé de soixante deux ans, tous deux domiciliés en cette commune, le père et la mère ne signant, dont acte après lecture

Rolland : le Bail maire